lemurienProchain voyage Octobre 2019

Deux voyages à Madagascar : Mai et Novembre

Renseignements : 06 07 02 56 32

lemurienVoyages à Madagascar 2017

Deux voyages à Madagascar : Mai et Novembre

En mai 2017, nous allions constater la fin de la construction de l’étage supplémentaire de l’école de Ranomadio, dans la banlieue pauvre de Tamatave. Toute l’équipe pédagogique, les parents d’élèves et Sœur ZIA, la directrice de l’école vous adressent un grand merci !

Décembre 2016 – L’étage en construction

Soeur Zia et l’équipe pédagogique

2 classes de plus pour l’école primaire

Nous avons visité les enfants opérés à Antsirabé chez les sœurs de St Vincent de Paul

Dans ce centre, qui est proche de l’hôpital où sont opérés les enfants par une équipe très compétente, il règne une vraie joie de vivre ! Les enfants y arrivent de tout le sud de Madagascar. La petite fille de droite avait une jambe blessée par un crocodile ; les chirurgiens ont sauvé sa jambe. Pour la photo, elle a tenu à se lever de son fauteuil roulant et à poser debout !

Nous avons rencontré un grand nombre de jeunes parrainés

Fanja a terminé ses études paramédicales.

Clara terminera sa formation en 2018.

Sinax est allé dans une bonne école d’agriculture d’Antananarivo. Il a commencé l’exploitation agricole d’une terre appartenant à sa famille, sur la Côte Est.

Première rencontre avec Madagascar par Michèle Matijevic

Ce voyage a été pour moi une révélation, tant au point de vue humain que géographique. Le matin de notre arrivée à Tananarive, nous avons participé à la messe du Père Pedro suivie avec joie et ferveur par toute une communauté. Sur le chemin de la Côte Est, j’ai découvert le peuple malgache en marche le long des routes, jeune et dynamique. La route est un lieu de vie, de rencontre, d’échange, de partage. Tout le monde y a sa place et les voitures circulant avec maestria autour des flaques d’eau en sinuosités savantes, sont attentives aux piétons et aux enfants assis au bord du chemin. Puis nous avons été accueillis par les élèves de l’école de Ranomadio, que nous avons contribué à édifier. La Sœur Zia, responsable de ce projet, nous a fait part de son intention de poursuivre la construction de classes de collège afin de permettre aux enfants de ce quartier de Tamatave de poursuivre leurs études jusqu’au brevet. J’ai alors pris conscience de l’absolue nécessité d’aider, par notre participation financière, à édifier des écoles qui permettent d’instruire et d’éduquer 500 enfants. Ces jeunes, par les métiers auxquels l’éducation leur aura permis d’accéder, seront les acteurs du développement de leur pays. Nous leur souhaitons d’y parvenir.

A la rencontre des enfants handicapés du Centre de Nosy Be

Au cours du second voyage, nous sommes allés visiter les centres d’accueil des enfants handicapés. Il y avait une vingtaine d’enfants opérés au Centre des enfants handicapés de Nosy-Be. Nous avons retrouvé Sœur Odette à Fianarantsoa, sur la Nationale 7, où elle est responsable du dispensaire à Ilena. Le groupe des jeunes handicapés a besoin de changer de prothèses ; ils devront aller à Tananarive et seront hébergés par le centre ANYMA. Nous avons revu les sœurs de l’école Sainte Thérèse ; la petite unité d’école informatique est toujours très opérationnelle.

A la rencontre de nos partenaires des hauts plateaux

C’est toujours un grand plaisir de rencontrer les sœurs du Centre d’accueil des enfants handicapés d’Antsirabe. Nous apportions des tricots, des tee–shirts donnés par un commerçant d’Arcachon de la Para-pharmacie Saint Roch.
Sur cette photo, nous voyons que les petits pulls tricotés par les grand-mères du Bassin d’Arcachon ont beaucoup de succès. Merci ! Ils sont les bienvenus sur les hauts plateaux car il peut faire de 3 à 4 degrés pendant l’hiver austral à Antsirabe.

A Farafangana nous avons rencontré Sœur Bernadette qui nous explique combien la situation économique du pays s’est dégradée pour les plus faibles. Beaucoup de familles ne peuvent plus payer l’écolage et vont demander de l’aide aux congrégations pour l’alimentation et les soins des petits.

A Fort Dauphin, nous avons rencontré Sœur Madeleine qui nous fait visiter son dispensaire, rencontrer des mamans très pauvres qui viennent chercher un peu de lait et de l’aide pour les soins. Nous approchons la plus grande misère de cette région du sud.

Nous avons accompagné l’installation d’Élodie qui, venant de Nosy Be, est partie faire ses études de Droit à Antsirabe, dans la grande université catholique reconnue par l’État, grâce à l’intervention de Monseigneur Rosario.

Élodie est entourée par le Père Blaise et la Sœur Dorothée du Foyer du Chemin Neuf.

lemurienLes Voyages de l’Association

Les VOYAGES «Tourisme et solidarité» sont organisés pour les membres de l’association. Conformes aux objectifs de l’association, ils sont beaucoup plus qu’un simple voyage touristique.

Nous visitons en petit groupes (8 au maximum) les plus beaux sites souvent hors des sentiers battus. Nous pique-niquons le midi, au grès de notre fantaisie et en fonction des produits proposés chez les épiciers et sur les marchés. Nous ne buvons que de l’eau embouteillée, et nous dormons sous des moustiquaires.

Nous rencontrons des personnes surprenantes et inoubliables, qui, malgré des conditions de vie difficile, ont toujours le sourire, des communautés religieuses qui sont les premiers acteurs de la solidarité, qui œuvrent dans le domaine de l’éducation et de la santé, chez qui nous faisons étape quand cela est possible. Le confort est parfois minimum mais les rencontres très enrichissantes.
Lors des trajets hors sentiers touristiques classiques, il peut nous arriver de dormir chez l’habitant où des conditions très rustiques peuvent nous surprendre un peu, mais elles nous permettent d’approcher les dures conditions de vie de nos amis malgaches.

C’est au cours de nos voyages que nous recevons des projets de solidarité, ponctuels, précis et toujours initiés localement et assurons le suivi de nos actions de solidarité passées.

Nous rendons visite à nos anciens partenaires et les parrains et marraines rencontrent leurs filleuls en visitant leurs écoles. Après en avoir compris les inconvénients, les parrains et marraines n’emportent pas de cadeaux pour les enfants qu’ils aident mais en apportent éventuellement pour toute la classe ou toute l’école.

voyage-madagascar-vignettes

lemurienPartir à Madagascar

Chaque voyageur doit garder dans sa valise une place (3 à 4 kgs) pour les expéditions de l’association.

Pas de vaccination particulière pour Madagascar, une protection contre le paludisme est recommandée par le corps médical.

Chaque voyageur finance son voyage

Ces voyages sont organisés bénévolement par la présidente N Biesel-Leger, de façon souple, en tenant compte éventuellement des désirs des voyageurs .

Des séquences touristiques alternent avec les visites nécessaires au travail de l’association.

Prospectus voyage